TTA_4377

La machine à coudre d’une dame peu ordinaire

L’importance d’un artefact pour une collection muséale repose autant sur son histoire que sur son patrimoine matériel, comme en témoigne la jolie machine à coudre de Singer dont s’est enrichie la collection de la Société.

Cette machine à coudre a fait l’objet d’une acquisition d’abord pour son importance technologique et pour combler un vide dans la collection nationale. De plus, ce modèle léger et compact avait connu beaucoup de succès auprès des Canadiennes et l’exemplaire offert était en très bonne condition. Ce n’est qu’en documentant l’artefact pour le catalogue de la collection que j’en ai appris davantage sur l’histoire de son ancienne propriétaire. Et quelle histoire! Comme à l’accoutumée, pour documenter un artefact, je fais maintes recherches dans des livres et sur le Web pour obtenir les données techniques ainsi qu’auprès des donateurs afin de savoir l’histoire des gens en lien avec l’objet. Une remarque dans un courriel reçu d’un membre de la famille donatrice, Caroline Walker, a titillé ma curiosité : sa belle-mère, l’ancienne propriétaire de la machine, Willa Walker, de Saint Andrews, au Nouveau-Brunswick, a été chef d’escadre de la Division féminine de l’Aviation royale canadienne[1]. Mes recherches sur le Web m’ont permis de trouver un avis de décès détaillé ainsi que la publicité de son éditeur à propos de son livre. Voici ce que j’ai appris.

Photo 1. Willa Walker revêtue de son uniforme en 1941. Avec la permission de la famille de Willa Walker

Photo 1. Willa Walker revêtue de son uniforme en 1941. Avec la permission de la famille de Willa Walker

Cette machine à coudre du populaire modèle Featherweight appartint d’abord à une femme au passé peu ordinaire : Willa (Magee) Walker, née à Montréal vers 1913. La vie de Willa ne correspond pas à celle de la plupart des femmes de l’époque – c’est-à-dire une femme au foyer occupée notamment à coudre pour sa famille. Déjà, à l’âge de 20 ans, Willa voyageait à bord d’un transatlantique à titre de maîtresse des postes. Elle fut également secrétaire privée de lady Marlar, épouse de l’ambassadeur canadien à Washington. En 1939, elle épousa David Walker, aide de camp du gouverneur général Lord Tweedsmuir. Le début de la Deuxième Guerre mondiale eut tôt fait de transformer leur romance en une vie remplie de rebondissements digne d’un film.

David devint prisonnier de guerre pendant près de cinq ans. Willa ne ménagea aucun effort pour le libérer. Elle inventa un système de codes qu’elle appliquait dans les lettres destinées à son mari. Elle tenta même de dissimuler des plans d’évasion, sans succès toutefois. De retour au Canada, elle rejoignit les forces armées et, après sa formation d’officier, elle entra au service de la Division féminine de l’Aviation royale canadienne. Rapidement, elle monta en grade et devint chef d’escadre (au quatrième rang de la hiérarchie militaire) de la Division féminine regroupant quelque 17 000 femmes[2].

TTA_4377

Photo 2. Machine à coudre Featherweight. SMSTC No d’artefact : AY0069. Photo : Tom Alföldi

Au terme de la guerre, ses services lui valurent la médaille de Membre de l’Ordre de l’Empire britannique (MBE). Willa et David furent réunis à nouveau en Grande-Bretagne. Ils vécurent en Écosse, puis en Inde, avant de s’établir à Saint Andrews au Nouveau-Brunswick avec leur petite famille grandissante. David Walker, aussi remarquable que son épouse, écrivit 21 romans.

Cette machine à coudre servit à réparer les vêtements de leurs quatre jeunes garçons ainsi qu’à confectionner des articles de literie et des rideaux pour les trois chalets de leur domaine que Willa louait pendant l’été. Elle aurait été achetée vers 1947.

Tout au cours de sa vie, Willa poursuivit maintes activités – sportives, communautaires, sociales. Elle signa également No Hay Fever and a Railway, réédité en 2006 sous le titre Summers in St Andrews : Canada’s Idyllic Seaside Resort; elle y raconte les lieux et les familles qu’elle connut bien depuis son enfance alors qu’elle venait passer les vacances estivales avec sa famille[2]. Willa Walker décéda le 4 juillet 2010 à l’âge de 97 ans.

WW by Karsh 1930s

Photo 3. Willa Walker photographiée par Karsh au cours des années 1930. Avec la permission de la famille de Willa Walker

 

Certes, les anciens propriétaires d’artefacts n’ont pas tous une vie aussi trépidante que celle de Willa Walker. Néanmoins, le simple fait de connaître l’histoire des gens en lien avec un objet enrichit notre connaissance de l’artefact et procure une documentation globale.

(Légende d’artefact )

Machine à coudre Featherweight

Modèle 221-1

Singer Manufacturing Company

Elizabeth (New Jersey)

vers 1947

SMSTC No d’artefact : AY0069

_________________________________

[1] Je remercie Mme Caroline Walker pour son don d’artefact ainsi que pour la numérisation des photographies familiales.

[2]  Son uniforme se trouve au Musée canadien de la guerre à Ottawa.

[3] WALKER, Willa. Summers in St. Andrews: Canada’s Idyllic Seaside Resort, Fredericton (Nouveau-Brunswick) : Goose Lane, 2006, 192 p.