DSCN1646

Données culturelles ouvertes : Redécouvrir le passé, explorer l’avenir

Q : Qu’est-ce qu’une batteuse, une locomotive et un traîneau spatial ont en commun?

R : Ils font tous les trois partie de la collection nationale en sciences et en technologies du Canada, et de l’information à leur sujet peut être téléchargée à partir du portail des données ouvertes du gouvernement du Canada.

Au mois de novembre dernier, nos trois musées nationaux, soit le Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada, le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada et le Musée des sciences et de la technologie du Canada, ont publié nos premiers jeux de données ouvertes sur le portail des données ouvertes du gouvernement du Canada. Alors que la deuxième Expérience annuelle des données ouvertes canadienne (EDOC) approche, la Société des musées de sciences et technologies du Canada est impatiente de découvrir de quelle façon originale et étonnante les codeurs du pays vont combiner les jeux de données afin de créer des applications utiles pour les Canadiens, d’un océan à l’autre.

Les musées ont un rôle important à jouer dans le domaine des données ouvertes. En leur qualité de gardiens de notre patrimoine culturel, technologique et scientifique, les musées nationaux ont le devoir de veiller à ce que leur collection soit accessible à l’ensemble des Canadiens. Nos musées sont ravis de donner accès à leur collection, qui compte plus de 100 000 artefacts soulignant les réalisations du Canada en sciences, en technologie et en génie, et de collaborer avec les codeurs, les chercheurs, les universités, les collèges, les entreprises et les collectivités afin de créer des applications utiles et intéressantes pour tous les Canadiens.

Nous invitons les développeurs du pays à s’amuser avec cette collection exceptionnelle. Les jeux de données couvrent des artefacts diversifiés, notamment des trains, des avions, des tracteurs et des grille-pain. Plus de 80 champs de données, y compris des images, portent sur chacun des artefacts. Déjà, des codeurs ont accédé à nos jeux de données pour créer de nouveaux portails de recherche sur la collection des musées, comme l’illustre l’explorateur de la collection créé par le codeur indépendant An-Min Kuo, du groupe d’experts-conseils Blue Factor. De plus, en collaboration avec des responsables des sciences humaines numériques de l’Université d’Ottawa, des étudiants en histoire s’emploient à explorer les données de la collection avec les représentants des musées afin de produire une exposition consacrée à l’histoire de l’exploration et de l’arpentage au Canada.

La publication de données ouvertes a également eu des répercussions dans nos musées, étant donné qu’elle constitue une étape importante dans l’avènement de la culture et de la « pensée » numériques. Elle sert aussi de base à de nouveaux projets déjà en chantier.

Comme vous le savez peut-être, le Musée des sciences et de la technologie du Canada a fermé ses portes récemment afin de permettre la réalisation d’importantes rénovations. Or, l’immeuble est peut-être fermé, mais le Musée demeure actif à la grandeur du pays, et nos jeux de données et leurs multiples utilisations contribuent à faire connaître notre vaste collection d’artefacts fascinants et à faciliter de nouvelles formes d’engagement numérique pour un nombre sans précédent de Canadiens.

Les données ouvertes offrent des possibilités inexplorées à notre pays. Nos trois musées sont heureux d’être associés à ce mouvement et de participer à l’EDOC cette semaine. Nous sommes impatients de collaborer avec des créateurs afin d’élaborer de nouvelles et fascinantes applications pour les données ouvertes. Les possibilités sont illimitées.

Par Brian Dawson

1 réponse

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.