DSCN3602

Déviascope de Henry Hughes and Son, vers 1912

Grâce à la bonne fortune d’un collectionneur local, notre comité d’acquisition a récemment approuvé l’acquisition d’un instrument de navigatiuon rare destiné à la collection nationale. Le déviascope est un outil pratique, qui montre les forces magnétiques qui engendrent les déviations du compas sur les navires et qui permet d’enseigner aux futurs marins et navigateurs comment compenser ces forces.

2014-04-04 11.45.01

La déviation magnétique recouvre un large éventail d’erreurs de compas causées par le magnétisme résiduel du navire lui-même. Ce magnétisme se trouve dans les pièces en fer et en acier du navire. Dans les voiliers en bois, les pièces comme les clous, les boulons, les mèches, les ancres, les jambettes et les chaînes deviennent aimantées en raison du champ magnétique de la Terre. Cela fait dévier l’aiguille du compas par rapport au nord magnétique; l’erreur varie en fonction de la proximité du pôle, entre autres. Les navires en fer ou à coque d’acier comportaient une forme additionnelle de magnétisme : un magnétisme permanent causé par le martèlement et le rivetage du métal pendant la construction. Chaque navire avait « une signature magnétique unique », mais cette signature « pouvait changer en mer en raison du choc des vagues ou des vibrations de la coque occasionnées par les moteurs, les roues à aubes ou les hélices » [traduction][1]. De plus, le magnétisme des plaques en fer de la coque changeait de polarité quand le navire franchissait l’équateur. Finalement, une déviation due à la bande survient lorsqu’un navire en fer ou en acier se met à rouler; cela modifie son champ magnétique par rapport au compas et provoque des « oscillations sauvages » de la rose graduée du compas[2].

2014-04-04 11.47.52

Bien qu’elle soit complexe, il était essentiel d’enseigner aux navigateurs la notion de déviation magnétique. Dans les années 1880, le capitaine George Beall, principal examinateur des capitaines et seconds au sein de la Chambre de commerce du Royaume-Uni, a reconnu la nécessité de concevoir un outil qui aiderait les marins et les navigateurs à comprendre le comportement du compas magnétique. En 1886, il a fait connaître son déviascope, qui a été immédiatement adopté par la communauté des formateurs dans le domaine maritime. Les formateurs et les autres experts ont rédigé des guides et des manuels sur le déviascope; nous en possédons des exemples qui datent de 1943 et de 1970, bien qu’il semble que les premiers ouvrages remontent aussi loin que 1886. Et les fabricants d’instruments ont créé leurs propres versions de l’appareil, afin de répondre à la demande provenant des établissements d’enseignement.

DSCN3605

Le déviascope que nous venons d’acquérir a été fabriqué à Londres par Henry Hughes and Son et il date d’environ 1912. L’actuel propriétaire, Monsieur Murray Shaw, l’a acheté en 1978 de Harrison and Company, à Montréal. Cette entreprise fabriquait et vendait des instruments scientifiques, de marine et d’arpentage depuis le 19e siècle; elle a fermé ses portes en 1978. Monsieur Shaw est un collectionneur d’instruments et il a vécu à Montréal à la fin des années 1970. Comme il savait que Harrison and Company s’apprêtait à fermer, il s’y est rendu et a demandé s’il y avait des objets dont l’entreprise serait prête à se départir pour un prix raisonnable. L’employé a amené Monsieur Shaw au sous-sol et lui a montré le déviascope. Il était enveloppé dans des journaux de 1912, ce qui laisse supposer qu’il traînait là depuis un certain temps. Qui sait ce qu’il serait devenu si Monsieur Shaw n’était pas allé chez Harrison and Company lors de la fermeture de l’entreprise? Grâce à lui, le déviascope a été bien préservé pour les futures générations de Canadiens et Canadiennes.

Références :

Babaian, Sharon. Setting Course A History of Marine Navigation in Canada. Ottawa: Canada Science and Technology Museum, 2006.

 Brooks, Randall C. and William J. Daniels, “Surveying Instrument Makers of Central Canada,” Canadian Journal of Civil Engineering. 20 (1993) 1037-1046.

Brown, Charles H.  Deviation and the Deviascope Including the Practice and Theory of Adjustment. Glasgow: Brown, Son & Ferguson, Ltd, 1943.

Gurney, Alan. Compass A Story of Exploration and Innovation. New York: W.W. Norton & Company, 2004.

Grant, G.A.A. and J. Klinkert. The Ship’s Compass. London: Routledge and Kegan Paul Ltd., 1970.

Kemp, Peter, ed.  The Oxford Companion to Ships and the Sea. Oxford: Oxford University Press, 1979.

[1] Gurney, 216.

[2] Gurney, 221, 278. See also Charles H. Brown, Deviation and the Deviascope Including the Practice and Theory of Adjustment (Glasgow: Brown, Son & Ferguson, Ltd, 1943) 53-92; G.A.A. Grant and J. Klinkert, The Ship’s Compass (London: Routledge and Kegan Paul Ltd., 1970) 119-192 and Kemp, 382-3.